· 

Municipales 2020: Belin-Béliet, ce faux calme de la politique

Par Corentin Barsacq

Doucement mais sûrement ,  le feuilleton des prochaines élections municipales se profile dans le Val de l’Eyre. Mais chaque commune à sa propre atmosphère. Le Belinétois vous propose une série d'articles sur le visage des élections municipales dans les communes du territoire. 

Épisode 1 : Les élections municipales à Belin-Béliet

Belin-Béliet a trouvé dans son ADN un calme perpétuel. Celui qui émane de la forêt des Landes de Gascogne, celui qui pousse à la réflexion mais qui n’en est pas pour le moins dépourvu d’action. Scène équivoque lors du dernier conseil municipal, où majorité et opposition se sont affrontées à coup d’arguments pour le report souhaité de deux délibérations. Cyrille Declercq du groupe Agir Durablement pour Belin-Béliet a exprimé son désaccord au sujet du déroulé des votes concernant le transfert des compétences eau et assainissement à la CdC du Val de l’Eyre.

 

Dans cette discussion, pas de propos incisifs, pas de vague, simplement un combat d’arguments qui finira par donner raison au groupe Agir Durablement pour Belin-Béliet. Tout cela dans le calme et la déférence malgré les divergences. Certes, l’amabilité n’est pas forcément ressentie en coulisses, ou encore lorsque des différends ne sont pas toujours sans relief à l’image de cette passe d’armes entre Marie-Christine Lemonnier et Cyrille Declercq, en décembre 2017, où l’opposition dénonçait un comportement antidémocratique lors d’un conseil municipal, mais la ville arrive à endiguer ses rancœurs pour privilégier le débat d’idées. 

Un invité surprise pour lancer les élections

Cela ne vous a pas échappé. Rédouane Louaazizi se lance dans la course aux Municipales et le candidat a vu les choses en grand. Clip de campagne, publications sponsorisées sur la page facebook "Belin-Béliet, Notre avenir en confiance" et site internet flambant neuf, la liste « Dynamisons Belin-Béliet Naturellement » veut toucher un maximum de personne. Derrière cette communication digne d’une élection nationale et un discours lisse en apparence, le trentenaire ne mâche pas ses mots à l’égard de la majorité actuelle et lance quelques piques subtiles.

Dans son clip de campagne particulièrement, la voix du candidat récite le discours d’une ambition politique assumée. Au moment où Rédouane Louaazizi évoque « trop de décisions prises sans concertation et sans aucune transparence », la caméra du réalisateur se fige sur le terrain de tennis couvert, sortie de terre en juillet dernier. Une déclaration qui, sans nul doute, ne manquera de faire plaisir à la municipalité actuelle… 

Aurons-nous trois candidats à Belin-Béliet ? 

 

Reste maintenant à connaître les adversaires de ce candidat surprise… S’il est trop tôt pour affirmer que trois listes seront présentées, tout semble en prendre le chemin. Qu’on se le dise. Depuis la récente déclaration de la maire Marie-Christine Lemonnier qui déclarait dans les colonnes du journal Sud-Ouest qu’elle ne briguerait pas un troisième mandat, nous avons du mal à imaginer que la municipalité actuelle ne défendra pas son bilan. Opposition fidèle à la majorité, le groupe Agir Durablement pour Belin-Béliet n’a quant à lui pas encore communiqué sur le sujet. Seul un seul candidat est déclaré mais les mois prochains dessineront le visage inédit d’une élection d’ores et déjà lancé. 

Écrire commentaire

Commentaires: 4
  • #1

    Delacour (jeudi, 14 novembre 2019 15:49)

    Salut
    Merci pour se poste qui commence à dessiner les futurs élections communal, j'ai eu dire que Jérôme le président du tennis et actuellement au conseil municipal se présente également à tu eu des échos ?
    Et merci encore de ton investissement sur la commune �

  • #2

    RODRIGUEZ Nicolas (jeudi, 14 novembre 2019 19:44)

    Ancien habitant de Belin-Beliet,,pendant 10 ans;je me suis exilé ! pas loin ,suite à la folie immobilière,qui s'est développée,elle existait déjà sous Perraunaud! mais de façon plus confidentielle! sous la table... sous l’ère Lemonier c'est devenu,la braderie des terrains,des lotissements absurdes au mépris des pins,de la moindre parcelle exploitable!...pour quoi ?
    Un super U hors de prix,des dortoirs ,un environnement dégradé,une vie associative méprisée,aucune vie sociale,l'une des plus grosse école de gironde ! une usine ! un enfer pour les enfants...
    Il sort d’où celui là !!pour vouloir tant de bien ??surtout malgré son écharpe ,ses dents trainent par terre !! Comment a t'il autant de moyens!Vous n'avez pas besoin de gens comme cela..!Il faudrait qu'il comprenne que la société civile,n'est pas l’armée!!
    Bonne chance a vous les Bélinétois!!

  • #3

    Yvan (jeudi, 14 novembre 2019 20:51)

    Bonsoir, je suis atterré par un tel article ! Le Belinétois serait il à la solde d’un personnage pour sa nomination ? Ce n’est pas le premier article faisant sa propagande !
    Encore une fois la « presse » au bottes de certains « politique « 

  • #4

    Jean-Claude LALOUBERE (lundi, 02 décembre 2019 16:22)

    Un arriviste.
    Son argumentaire de campagne démontre qu'il ne connait pas la fonction de maire.
    Un maire n'est pas le chef du village comme il le laisse supposer.
    Dans d'autres propos, il croit pouvoir tout relancer.
    Un maire n'est qu'un gestionnaire chargé de l'exécution des décisions du conseil municipal, ce dernier n'assurant que la gestion des biens communs et non d'assurer le "renouveau".