· 

Le Barp : au moins 75 caravanes des gens du voyage s'installent sur la plaine des sports

Par Corentin Barsacq

Des gens du voyage stationnent au Barp depuis le lundi 21 août./Crédit photo Ville du Barp.
Des gens du voyage stationnent au Barp depuis le lundi 21 août./Crédit photo Ville du Barp.

Dans la journée du lundi 21 août, un convoi de caravanes appartenant à la communauté des gens du voyage est arrivé au Barp pour stationner sur la plaine des sports. La Ville du Barp a rapidement communiqué autour d'une " coexistence forcée" et assure que les gens du voyage quitteront les lieux rapidement.

 

Aussitôt arrivés, les gens du voyage ont d'ores et déjà un ultimatum posé par la municipalité du Barp. Depuis le lundi 21 août, pas moins de 75 caravanes occupent illégalement la plaine des sports du Barp, ce qui a aussitôt entraîné une réaction de la municipalité sur ses propres réseaux sociaux. La Ville a tout d'abord annoncé qu'elle gérait cette situation en collaboration avec les autorités compétentes " et dans le respect des droits de tous". 

 

Plusieurs échanges ont eu lieu aux côtés d'un représentant de la communauté des gens du voyage ainsi qu'un médiateur en lien avec la Préfecture de Gironde, indique la mairie dans un communiqué. "Les gens du voyage devront être partis au plus tard le vendredi 25 août à midi selon leur engagement formel" annonce par ailleurs la municipalité, qui se réserve la possibilité de procéder à " des verbalisations de plein droit si nécessaire. "

 

" Une coexistence forcée" 

 

À ces informations s'ajoute la nécessaire " compréhension mutuelle" demandée par la municipalité du Barp dans le but de créer "un environnement harmonieux pour tous les habitants". Enfin, la Ville explique travailler avec les autorités compétentes pour garantir "que cette coexistence forcée se passe dans les meilleurs conditions possibles". 

La mairie indique enfin que dans le cas où la communauté des gens du voyage ne se conformerait pas à son engagement de quitter les lieux, une procédure est d'ores et déjà entamée auprès de la préfecture pour répondre à ce type de situation. 

Écrire commentaire

Commentaires: 0