· 

Salles : de l’USS à l’Équipe de France, le parcours de la rugbywoman Nelcya Kouyaté

Par Louna Lavergne

Nelcya Kouyaté a porté pour la première fois le maillot bleu au mois d'avril dernier./Crédit photo NK
Nelcya Kouyaté a porté pour la première fois le maillot bleu au mois d'avril dernier./Crédit photo NK

À seulement 18 ans, Nelcya Kouyaté est en train d’écrire une belle page du rugby sallois. Après avoir commencé à l’USS, la jeune femme a été appelée en Equipe de France à l’occasion du Festival des Six Nations en Angleterre au mois d’avril dernier. Rencontre avec une rugbywoman qui a la tête sur les épaules et le cœur entre les perches. 

 

“C’est un accomplissement personnel que je souhaitais atteindre”. La fierté et la détermination s’entremêlent dans la gorge de Nelcya Kouyaté au moment d’évoquer sa sélection en Équipe de France. Six ans après avoir découvert le rugby à l’US Salles, la lycéenne a eu l’opportunité de faire sa première apparition sous le maillot tricolore à l’occasion du Festival des Six Nations moins de 18 ans du 7 au 15 avril dernier.

 

Une ambitieuse Salloise

 

Si aujourd’hui la présence de son nom et prénom dans la liste des convoquées en Équipe de France relève de la juste récompense d’un travail acharné, la petite Nelcya de 12 ans n’aurait jamais pensé pouvoir atteindre le haut niveau. Originaire de la région parisienne, elle arrive à Salles à l’âge de 8 ans. C’est à l’école lors des cours de sport qu’elle commence à taquiner le ballon ovale. “Le côté sport de combat m’a beaucoup attiré comme l’esprit d’équipe : le fait de gagner ensemble, se motiver ensemble, la cohésion qui règne dans un groupe” explique la Salloise. 

 

Arrivée en sixième, son nouvel attrait pour le rugby prend une autre dimension lorsque la désormais collégienne rejoint l’Union Sportive de Salles dans la catégorie moins de 12 ans. Dans son club formateur, Nelcya y restera deux ans. Le temps pour les Sangliers de lui transmettre leurs propres valeurs du rugby. “Ils m’ont appris ce côté où il faut savoir être hargneux, ne jamais rien lâcher dans le jeu mais aussi l’esprit de famille, de solidarité et de combat” se remémore la rugbywoman. Après une année au Rugby Féminin Bassin d’Arcachon, Nelcya Kouyaté rejoint le Stade Bordelais, son club actuel depuis maintenant trois ans. 

 

Un rassemblement cruellement écourté

 

Au début de cette saison, la Salloise se fixe deux objectifs distincts : être championne de France avec son club et être sélectionnée en bleu. Si le Stade Bordelais échouera dans sa mission en quart de finale, son ambition personnelle sera pleinement accomplie lorsqu’elle distingue son nom dans la liste de l’Équipe de France. En terminale STMG marketing, Nelcya a appris la bonne nouvelle de retour d’une épreuve du baccalauréat. “J’étais encore stressée. En arrivant chez moi, la liste était sortie et je n’arrivais pas à y croire. Ma mère était très émue” se souvient-elle encore.

 

Le temps où la lycéenne ne connaissait le rugby que de nom semble désormais bien loin lorsqu’elle se rend à Marcoussis, centre d’entraînement de la FFR, le 3 avril en tant qu’une des 27 meilleures joueuses de moins de 18 ans. Là-bas, la Salloise reste deux jours avec ses coéquipières pour créer une cohésion, préparer le projet de jeu et gérer la pression. Après un trajet en bus et en Eurostar, la délégation française débarque en Angleterre pour continuer sa préparation et s’adapter à l’environnement. “La cohésion était déjà là, aucune fille n’était à l’écart, j’ai été bien intégrée” déclare la nouvelle Bleuette. 

 

Le 7 avril, le nom de Nelcya Kouyaté s’affiche parmi les titulaires pour la première mi-temps face à l’Irlande. “Avant un match je me mets tout le temps des objectifs en tête. Cette fois-ci je n’ai pas su les atteindre donc il y avait forcément une petite déception” explique la rigoureuse rugbywoman. Durant le match, la Salloise encaisse un coup. Ses coéquipières se rendent compte qu'elle est différente dans sa façon de jouer. Les médecins décèlent une commotion cérébrale chez la joueuse sonnée. Le règlement en Angleterre est strict : le protocole commotion de 3 semaines est appliqué et la jeune femme doit quitter l'effectif pour se faire soigner. Une fin d’aventure prématurée qui laisse un goût d’inachevé dans l’esprit de l’ambitieuse lycéenne. 

 

Une fière représentante du rugby féminin

 

Malgré cette parenthèse écourtée, faire partie de l’Equipe de France reste plus que d’actualité pour Nelcya. “Cela fait trois ans que je travaille pour ça. L’année prochaine, je passerai dans la catégorie moins de 20 ans pour la sélection nationale et en séniors dans mon club” déclare la Salloise avec une détermination qui force l’admiration et le respect. Une détermination qu’elle souhaite véhiculer auprès des jeunes filles attirées par le ballon ovale. Forte d’une brillante expérience dans le sport féminin, Nelcya Kouyaté est vivement engagée dans l’inclusion des filles dans le monde du rugby, avec toujours un œil sur sa ville de résidence. “Je suis contente que le rugby féminin évolue à Salles. D’année en année, de nouvelles filles viennent s’inscrire alors qu’à mon époque on n’était que deux.” se souvient-elle.

 

Le Stade Bordelais et l’US Salles sont d’ailleurs en partenariat pour développer le sport féminin, faire en sorte que les filles soient encadrées et qu’elles puissent trouver un club. “Ca me fait plaisir de voir mon club actuel en partenariat avec mon club formateur avec une volonté commune” affirme Nelcya Kouyaté non sans une certaine satisfaction, qui poursuit “je ne pensais pas vouloir atteindre le haut niveau quand j’ai commencé mais plus j’avance et plus j’ai envie d’aller loin”. Derrière sa fascinante force de caractère, la Salloise cache une joueuse sensible à l’avenir des femmes dans le sport, et plus particulièrement, dans son sport. “J’espère plus tard que des filles pourront en vivre” conclut la rugbywoman, d’un ton utopiste mais ô combien décidé. 

Écrire commentaire

Commentaires: 0