Val de l’Eyre : à l'aube d'une concertation publique, l'ombre du péage plane sur l'A63

Par Corentin Barsacq

Un péage pourrait être nécessaire afin de financer le chantier de la mise à 2 x 3 voies./Photo d'illustration DR
Un péage pourrait être nécessaire afin de financer le chantier de la mise à 2 x 3 voies./Photo d'illustration DR

À partir du 30 janvier et jusqu’au 30 avril, une concertation publique est lancée dans le cadre d’une potentielle mise à 2 x 3 voies de l’A63 entre Salles et la rocade bordelaise en englobant l’A660 entre Mios et La-Teste. Mais la question d’un péage est balayée par les élus du Val de l’Eyre. 

 

« C’est toujours oui à la 2 x 3 voies de l’A63, et toujours non au péage ». Le président de la communauté de communes du Val de l’Eyre Bruno Bureau ne tergiverse pas et n’a pas l’intention de lâcher du lest dans la position prise par les élus communautaires en mars 2021. Souvenez-vous. L’an dernier, les élus du Val de l’Eyre avaient été les premiers à évoquer la question d’un projet de péage sur l’A63 afin de financer un potentiel élargissement de l’axe routier entre Salles et la rocade. Révélé par La Dépêche du Bassin, l’idée d’un péage sur la portion girondine de l’A63 a par la suite entraîné une vague de refus de la part de nombreuses intercommunalités girondines. 

À l’échelle du Val de l’Eyre, une motion avait été votée contre l’installation d’un péage sur l’A63, les élus arguant l’injustice à l’égard des usagers du territoire devant ainsi financer quotidiennement leurs trajets vers la région bordelaise ou le bassin d’Arcachon, mais aussi le risque de report du trafic sur les axes secondaires, au cœur des communes. Questionné par Le Belinétois, le maire de Salles Bruno Bureau compte bien camper sur ses positions, alors même qu’une concertation publique débutera le 30 janvier prochain et pour une durée de trois mois. 

 

Une levée de boucliers collective 

 

Il faut dire que la montée au créneau des élus locaux a rapidement été suivie par un élan solidaire contre l’instauration de péages. Une pétition lancée par Karine Desmoulin, conseillère départementale du canton de Gujan-Mestras, a recueilli à ce jour plus de 25 000 signatures quand les intercommunalités de la Cobas, Coban, Bordeaux Métropole ainsi que le département de la Gironde ont emboîté le pas pour marquer leur opposition au projet. Le mot d’ordre est alors simple : les élus ne sont pas contre la mise à 2 x 3 voies de l’A63 mais bien contre la création de deux nouveaux péages, l’un au Teich sur l’A660, l’autre à l’entrée de l’agglomération bordelaise. 

 

Pour l’heure, le lieu d’implantation précis de ces péages reste flou. Mais il n’empêche que la concertation publique doit permettre de recueillir des avis à leurs sujets, et cela autour de plusieurs scénarios. Dans le but de « fluidifier la circulation et améliorer les conditions de sécurité tout en intégrant davantage l’A63 au sein de son environnement », l’État envisage premièrement une mise à 2 x 3 voies de l’A63 sur une longueur de 35 kilomètres, tout en intégrant la mise aux normes d’environnement et de sécurité de l’A63 et de l’A660. 

 

Plusieurs scénarios envisagés

 

Un aménagement au prix de quelque 290 millions d’euros hors taxe, et qui entraînerait donc une mise en concession et l’installation d’un système de péage que l’État imagine en « flux libre », c’est-à-dire sans barrières. Seulement, les collectivités avaient déjà pu s’exprimer sur ce projet en 2021. Face aux réticences, l’État a donc planché sur une deuxième piste, moins coûteuse : une mise à 2 x 3 voies partielle, sur une longueur de 7 kilomètres entre l’échangeur 25 et la rocade bordelaise pour un montant estimé à 54,5 millions d’euros. Cette proposition pourrait alors être financée sur crédits publics dans le cadre du plan État-Région. Enfin, la concertation publique comporte également un dernier scenario ne prévoyant aucun aménagement routier. 

 

Tout au long de cette concertation publique qui devrait contribuer à définitivement trancher l’orientation d’un dossier déjà évoqué il y a une vingtaine d’années, des réunions publiques et des ateliers de concertation seront organisées dans de nombreuses communes concernées par une potentielle mise à 2 x 3 voies.

 

Réunions et ateliers organisés dans le Val de l’Eyre

 

Dans le Val de l’Eyre, notons qu’un atelier environnement sera animé au sein de la salle du Bateau Lyre du Barp le mardi 7 mars 2023 à 18h, quand la salle des fêtes de Béliet accueillera un atelier dédié aux mobilités le lundi 13 mars à 18h. Enfin, une réunion publique sera organisée à Salles le mardi 4 avril à 18h30 au sein de la salle des fêtes du Bourg. Il sera également possible d’émettre son avis par le biais d’un registre dématérialisé disponible à compter du 30 janvier 2023.