· 

À Lugos, l’odyssée landaise de Séverine et son élevage

Par Corentin Barsacq

Séverine Cazabat est à la tête d’un élevage aux multiples facettes. Elle nous ouvre les portes de sa Lagune de Brana à l’inspiration atypique. 

Niché dans la forêt de Lugos, l’élevage de Séverine Cazabat s’épanouit en plein cœur d’un environnement sain et naturel. Sans doute la meilleure des croissances pour des bêtes attachantes, qui ne tardent pas à se rapprocher des visiteurs pour faire de plus amples connaissances. Comme Odyssée, une vache de race Jersiaise qui ne tarde pas à pointer ses naseaux en plein entretien : « C’est la mascotte de l’élevage » indique fièrement l’éleveuse. Avec aménité, le mammifère se laisse volontiers caresser tandis que les chiens aboient au loin. Au bout de sa propriété, Séverine observe une lagune gorgée après les inondations. Si le calme propre au lieu inspire détente et sérénité, le quotidien n’est pourtant pas de tout repos pour celle qui a opéré un changement de vie radical en 2017.


« Créer un équilibre entre végétal et animal »


Auparavant institutrice, Séverine Cazabat avait besoin de se reconnecter avec l’essentiel : « L’idée est de montrer qu’il est possible de vivre différemment avec la nature. » Pari réussi puisqu’en 2017, la néo agricultrice s’installe à Lugos avec un élevage de chien en guise de première pierre. Deux ans plus tard, le projet utopique est finalement devenu concret. Sur les cinq hectares, des espèces du cru et d’autres menacées : « Il y a un âne des Pyrénées, des Jack Russel, un poney et des moutons de races landaises, cinq chèvres poitevines, des oies, des poules, des lapins » énumère de manière consciencieuse l’ancienne institutrice. Cette arche de Noé grandit en liberté sur la propriété, comme sur des airials que l’on retrouve dans les Landes. Sa maison est d’ailleurs bâtie sur le modèle de « l’ostau », typique des Landes de Gascogne.  

Afin de respecter le cadre bucolique du lieu, l’éleveuse plante divers arbres fruitiers. Sous des serres ou à la lumière du soleil, les fruits et légumes de la Lagune de Brana sont également issues de la même philosophie : « Que ce soit pour la production de fraises jusqu’aux salades, je respecte le sol et l’équilibre entre le végétal et l’animal. » Pas à pas, la ferme prend l’allure d’un idéal souhaité. Principale mission de l’éleveuse : continuer à planter des feuillus pour ombrager la propriété.

 

Si pour l’heure, l’aménagement du terrain ne permet pas d’accueillir des visiteurs en groupe, Séverine ne désespère pas et rêve de pouvoir transmettre tout son hédonisme : « L’élevage, c’est beaucoup de facteurs impondérables. Mais c’est aussi des journées qui ne se ressemblent pas, un contact direct avec les animaux » témoigne fièrement l'ancienne enseignante. 

Ici, l’élevage permet en outre la sauvegarde de certaines espèces fragiles comme le dindon gascon, en partenariat avec le Conservatoire des races d'Aquitaine. Accueillir des classes permettrait à la quadragénaire de faire partager toute sa connaissance de ce milieu singulier où se mêlent faune et flore dans une entente des plus appréciable et pourquoi pas susciter des vocations. À l’heure où la mécanique gagne du terrain sur l’agriculture d’hier, la Lugosienne a opté pour un airial à l’ancienne, aux racines de cette passion si complexe mais enrichissante pour tout un chacun. 

 

Lagune de Brana 

Route de Massé 33830 Lugos

06 40 33 49 09

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Christine Lammens (mardi, 16 juin 2020 19:42)

    Super bien écrit cet article �! Bravo.

  • #2

    Annie Montrichard/ Ferme des Bleuets (mardi, 16 juin 2020 23:34)

    Oui bel article et beau projet!