· 

Rédouane Louaazizi : « Je veux être un maire actif et disponible »

Par Corentin Barsacq

Le jeudi 5 mars au soir, Rédouane Louaazizi animait sa première réunion publique. Avec un format novateur, le candidat à tout donné pour rallier l’électorat à sa cause. 

« Tout est possible. Il faut juste travailler. » Sa présentation du programme, le candidat de 38 ans l’avait justement bien peaufiné. Sans doute pour tenir le public en haleine qui, il est vrai, ne s’attendait surement pas à un rendez-vous qui durerait quatre heures en se terminant vers minuit. En préambule de la soirée, Bastien Mercier, maire de la commune de Camiran dans le Réolais était venu apporter son soutien à l’homme de 39 ans. En musique, et après avoir laissé le micro à son colistier Alain de Sigoyer pour introduire cette réunion, Rédouane Louaazizi entre dans la salle. Effets de lumière, applaudissement de la salle en rythme avec la bande son, la réunion prend l’allure d’un meeting qui n’aurait rien à envier à des candidats nationaux. 


« Il y a une cicatrice entre Belin et Béliet » 


Devant l’assemblée, Rédouane Louaazizi va droit au but. Il donne son étiquette politique dans les premiers instants en annonçant être encarté « Les Républicains » mais à la tête d’une liste aux sensibilités politiques variées. Énonçant son parcours de vie personnelle et professionnelle, le candidat se désinhibe et se porte comme « une chance », celle d’être une liste alternative, celle d’incarner le changement. Sa vision de Belin-Béliet n’épargne pas l’actuelle majorité, relève une forme de fracture entre les deux villages unifiés.

 

Épaulé par celles et ceux qui seront ses adjoints – Danielle Boyrie serait la première adjointe de l’équipe - il présente « un projet ambitieux et pragmatique » réalisé en concertation avec les Belinétois. Sa première action forte en cas d’élection serait de mettre un terme à un schéma de verticalité : « On ne peut plus gérer des communes comme dans les années 80-90. Vous serez concertés pour la prise de décision. Ça parait nouveau mais c’est comme cela que je travaille. » 


« Pas là pour faire du clientélisme » 


Rédouane Louaazizi, en tant que maire de Belin-Béliet, promet d’être dans sa fonction à temps complet. « Un VRP qui ira frapper aux portes du Département, de la Région et de toutes les instances pour obtenir des subventions » et faire grandir Belin-Béliet : « Je ne suis pas là pour faire du clientélisme. »

 

Il compte également geler les effectifs des agents de la commune : « La masse salariale représente 61,3% des dépenses de la commune, soit 11% de plus que la moyenne nationale. » Pour remédier à la situation, il souhaite une réorganisation complète des services et la valorisation des parcours des agents. Sur l’environnement, le candidat est partisan d’une souveraineté alimentaire en prônant l’installation d’agriculteurs maraichers ainsi que la création d’une régie agricole communale en permaculture.  


Entre 2020 et 2032, trois projets phares


En fer de lance du projet « Dynamisons Belin-Béliet Naturellement », trois grandes ébauches. La première au sujet d’une église Saint-Maurice de Béliet réhabilitée en un Centre Culturel Intercommunal, la seconde avec la création d’une plaine des sports de Suzon qui s’inscrit « dans l’intérêt général et pour les écoles et associations sportives », et enfin la création d’un pôle sportif et socio-culturel avec le réaménagement de la salle omnisports sur deux niveaux comprenant plusieurs salles à destination de tous. Une période de concertation sera lancée avec la population. Et pour voir ses trois projets réalisés, Rédouane Louaazizi voit grand, jusqu’en 2032. 

Liste "Dynamisons Belin-Béliet naturellement"

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Bert Ghislaine (jeudi, 12 mars 2020 10:07)

    Tous ces projets vont avoir un coût très élevé je suis une habitante du quartier de Lilaire nous sommes les grands oubliés de la commune nous avons des routes démontés mais surtout nous n'avons aucun éclairage public pourtant nous payons autant d'impôt que les autres . Il y a déjà une salle de sport sur la commune le bien être des habitants des quartiers et l'insécurité devrait être plus pris en compte par les candidats avant de prévoir des projets aussi coûteux

  • #2

    Libellule du Val de l eyre (jeudi, 12 mars 2020 14:55)

    Des oubliés ? Vous parlez des routes, ils vous ont fait une route de détournement pour les tracteurs et camions très coûteuse ?
    Effectivement les routes sur la commune sont dans certains quartiers minables...
    Moi mes enfants ont besoins de se divertir, les associations qui s occupent de ça ont besoins de salles.
    L ensemble doit se faire en étant raisonnable d ou la démocratie participative et avec un financement qui tient compte de ça .
    Étant sur la commune depuis 20 ans le bien vivre ensemble n étant pas le sujet avec nos élus actuels.
    Pour les quartiers éloignés il serait intelligent de faire des parcs pour les enfants, plutôt que d en refaire un à côté de l autre.. pour ça il faut se concerter avec la population, Malheureusement toujours pas le cas de la majorité.