· 

Au Barp, cinq candidats pour une mairie plus que jamais convoitée

Par Corentin Barsacq

Les barpais devront choisir entre cinq listes pour élire leur maire. L’élection n’a jamais été aussi disputée. 

Ils sont quatre candidats aux bords différents à vouloir prendre la place de Christiane Dornon, installée sur son fauteuil de maire depuis maintenant 2007. Blandine Sarrazin, Sophie Piquemal, Jean-Paul Gainard et Jacques Cheminault sont désormais en campagne. Dans la commune au plus de 5 380 habitants, l’affrontement s’annonce âpre au travers de plusieurs problématiques inhérentes à la ville. Le problème d’un bourg qui peine à trouver sa véritable identité, le bras de fer contre le préfet au sujet du plan local d’urbanisme (PLU) et intercommunale (PluiH) ou encore la prochaine implantation du collège et lycée du Val de l'Eyre pour ne citer que cela, ont ravivé une opposition dissimulée désormais sous différents visages. 

À commencer dans les propres rangs de l’actuelle majorité où, en octobre 2019, l’adjointe Blandine Sarrazin claquait la porte de la municipalité pour rejoindre l’opposition aux termes d’un divorce prononcé en interne. Dans nos colonnes, l’élu expliquait ne plus être en accord avec l’édile sur la politique menée localement, avec comme point de rupture la fermeture de l’école d’Haureuils. Au moment de la désunion, Christiane Dornon voyait en Blandine Sarrazin la volonté « de devenir calife à la place du calife » et elle avait vu juste. Quelques mois plus tard, l’élu dissidente annonçait son intention de plonger dans le grand bain sous la bannière « Ré-agissons pour un nouvel horizon. » À 61 ans, elle porte une liste sans étiquette malgré l'investiture de la commission de La République en marche (LREM). Dans les grandes lignes de son projet, elle entend agir à temps plein en faveur de la ville en mettant en place une démocratie participative. 

Blandine Sarrazin
Blandine Sarrazin

En dehors de la municipalité, la bataille des Municipalités avait déjà démarré en septembre 2019. À cette période, une association voyait le jour sous le nom « Faire pour vous avec Le Barp ». Autour de la table, Nadine Fournier et Fabrice Piquemal, binôme président de l’association, s’affichaient au premier plan à l’allure de potentielles têtes de liste. Une manière de préparer surtout le terrain à Sophie Piquemal, conseillère départementale et désormais tête de liste de « Avec vous pour Le Barp ». Dans son groupe aux valeurs écologistes et de la gauche plurielle, la candidate veut annihiler « douze années d’immobilisme dans les rangs de la municipalité » en prônant également une concertation directe avec la population par le biais d'une démocratie participative. 

Sophie Piquemal
Sophie Piquemal

Emboîtant le pas, Jean-Paul Gainard ne fait pas non plus dans la tendresse. Foncièrement opposé à l’actuelle politique locale, le médecin implanté sur la commune depuis 20 ans se revendique gaulliste et ne dissimule pas sa sympathie envers le parti « Debout la France » de Nicolas Dupont-Aignan. En 2011 déjà, il était suppléant de Marie-Christine Lemonnier lors des élections cantonales et assumait son adhésion au Mouvement pour la France, parti créé par Philippe de Villiers. S’il vit actuellement dans la commune de Salles, il considère cela comme un avantage afin de porter haut le projet de sa liste « Demain Le Barp » : « J'ai vu les solutions trouvées aux problématiques de Salles. Celles qui ont marché pourraient m'inspirer pour le Barp. »

Jean-Paul Gainard
Jean-Paul Gainard

On en parlait dans le Val de l’Eyre, et c’est finalement par Le Barp que le Rassemblement National a décidé de s’implanter dans le canton. À 70 ans, Jacques Cheminault se lance dans sa toute première campagne des municipales et se déclare candidat bien que sa liste ne soit pas encore complète. Sous les couleurs du parti présidé par Marine Le Pen, il espère redynamiser une ville « où il ne se passe plus rien ». Dans ses premiers mots en tant que candidat, il a déclaré que la réouverture de l'école d'Haureuils était « une priorité ». L'homme estime aussi que Christiane Dornon semble « essoufflée, un peu sèche » et « qu'il est temps de redonner du dynamisme » à la ville barpaise « qui s'endort » et où « le laxisme est devenu la règle ». Ancien contrôleur aérien dans l'armée, puis commercial et commerçant, il est installé au Barp depuis 1980. 

Jacques Cheminault
Jacques Cheminault

Forcément, après cette ribambelle de candidature à la pelle, les regards étaient désormais tournés vers l’actuelle majorité et l’édile Christiane Dornon. Si, il y a encore un an, la première magistrate de la commune était incertaine, le contexte actuel a visiblement fait changer la donne puisque Christiane Dornon a été la dernière a annoncé son intention politique. Tête de liste sans étiquette de "Le Barp Ensemble », l’édile veut continuer son engagement pour sa commune « en mouvement et tournée vers l’avenir » en briguant un troisième mandat. Ses priorités si elle est réélue sont multiples : poursuite de l’aménagement du bourg, sécurisation de la circulation… Impliquée dans la vie politique barpaise depuis 1989, Christiane Dornon a été adjointe au maire aux affaires scolaires de 1995 à 2001. Elle est ensuite élue maire en 2007 sous l'étiquette divers droite puis réélue en 2014. De toutes les campagnes électorales à laquelle elle a participé, celle-ci se révèle sans doute être la plus rude tant elle est attaquée de part et d’autre. À tel point qu’il demeure complexe de poser une pièce sur un éventuel vainqueur du scrutin… 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Bruno DE LA ROCQUE (vendredi, 14 février 2020 19:11)

    Des associations 1901 supportant un projet municipal... ne sont pas nécessairement présidées par une future tête de liste... Le Barp n'en manque pas... Quant à celle qui FAIT AVEC VOUS [Barpais(es)] POUR LE BARP (c'est... une rectification ; cf Sud-Ouest du 14 sept 2019 et La Dépêche du Bassin du 15 sept 2019) et dont je suis Secrétaire, elle a librement choisi parmi ses membres la personne qui conduirait la liste à venir...

    Autre rectification : en 2008 le site du Ministère de l'Intérieur indiquait pour la liste "Le Barp ensemble" conduite par Mme Christiane Dornon "Liste MAJ" (majorité présidentielle) et non pas "divers droite".