· 

Gérard Souleyreau, une vie au service de Belin-Béliet

Par Corentin Barsacq

Il est un nom bien connu à Belin-Béliet, sa terre natale. À Arcachon où il réside maintenant, il est également un homme investi dans la vie associative. À 81 ans, Gérard Souleyreau est infatigable. 

Le 1er janvier 1975, Gérard Souleyreau recevait la médaille de bronze de la jeunesse et des sports. En décembre 2019, l'homme récupère son dû qu'il n'a pas volé. Médaille d’or cette fois-ci de la jeunesse, des sports et de l’engagement associatif par le ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse ainsi que par le ministère des sports. À l'aube de 2020, l’homme aux mille et une passions voyait son éternel investissement être salué par tous. Lui qui, à 81 ans passé, demeure encore comme étant un hyperactif agissant au service de la collectivité. Lui dont le nom est désormais ancré dans l'histoire de Belin-Béliet. Lui, dont l'oeuvre est désormais sanctuarisé 


Dans la lignée des Souleyreau


Le visage souriant et la mémoire intact malgré une vie plus que chargée, Gérard Souleyreau raconte sa vie. Celle d’un jeune garçon né à Béliet en 1938 et dont l’œuvre reste encore aujourd’hui le socle de notre présent. Jeune déjà, Gérard Souleyreau n’avait pas le cœur à rester inactif. C’est au sein de l’école communale qu’il fait ses classes.

À Béliet, il porte un nom qui parle à tous. Il est le fils Souleyreau et de fait, devient apprenti au sein du garage de son père René, qui lui-même avait repris le flambeau de son paternel Jean-Pierre Souleyreau. Il prendra les rênes de l’entreprise familiale dès lors qu’il obtiendra son brevet de maitrise patronale.


Avec Monsieur Salinier, le foyer des jeunes


Il est alors âgé de 23 ans lorsqu’il se marie au cours de la même année avec Christiane, son épouse depuis maintenant 58 ans. Dans cette union sacrée, Gérard Souleyreau laisse également une place à ses racines. Celles qui le lient d’un attachement viscéral à sa commune natale. Avant l’âge adulte, le jeune homme avait en effet fondé le foyer des jeunes et d’éducation populaire sous l’impulsion de l’illustre enseignant de la commune M.Salinier.

Gérard Souleyreau, au volant d'un kart.
Gérard Souleyreau, au volant d'un kart.

Eux deux seront les pères fondateurs de nombreuses associations encore actives aujourd’hui telles que le HC Belin-Béliet, le Tennis Club de Belin-Béliet ou encore la Gymnastique Volontaire : « Notre siège était au Moulin de Robillard. Dans la maison, il y avait tout ce qu’il fallait pour la jeunesse. On avait même installé un cinéma à l’étage. Il y avait 40 places. À l’époque, c’était du jamais vu » se souvient le retraité. 


Membre du premier conseil municipal de Belin-Béliet


 1974 sonne l’unification des villages de Belin et Béliet. Gérard Souleyreau est alors un élu beliétois et fera partie du premier conseil municipal dirigé par Alain Peronneau. Là encore, son investissement en faveur de la vie associative et de la jeunesse sera précieux. Si la tâche quotidienne est lourde à porter seul, cela ne l’empêche pas pour autant de briller sportivement. À 13 ans déjà, il était animateur de ski avant de s’orienter vers la moto puis le karting. Dans cette dernière discipline, il sera sacré champion de France à deux reprises en duo. Assoiffé de découverte, il part pour les eaux et explore les fonds marins. Il obtiendra le titre de moniteur de plongée sous-marine, signé de la main d’un certain Commandant Cousteau. 

La boutique Souleyreau dans le bourg de Béliet.
La boutique Souleyreau dans le bourg de Béliet.

 Après 45 ans passés à la direction de son garage, Gérard Souleyreau passe la main à son fils, Pascal en 1997. À la retraite, il file au soleil. C’est à Arcachon que le retraité s’installe, non sans perpétuer son éternel dynamisme. Instigateur de l’opération Roller en ville, il est aussi un des fondateurs de l’amicale des retraités sportifs arcachonnais. Chaque année, il s'active derrière l’organisation du Carnaval. Avec le recul mais toujours aussi actif, l’homme est fier de son vécu : « J’en ai fait des choses dans ma vie mais le plus beau, c’est d’être encore là ». 

En décembre dernier, Gérard Souleyreau avait reçu une médaille honorifique en tant que fondateur du HCBB.
En décembre dernier, Gérard Souleyreau avait reçu une médaille honorifique en tant que fondateur du HCBB.

Écrire commentaire

Commentaires: 0