· 

Un projet de « tram-train » pourrait relier Belin-Béliet à Lège et Arcachon

Par Corentin Barsacq

On peut dire que l’information a fait le buzz ces derniers jours sur la toile. À l’initiative du COBARTEC, le projet d’un tram-train pourrait s’étendre jusqu’à Belin.

Cela fait depuis 20 ans que le Collectif du Bassin d’Arcachon pour un Réseau de Transports En Commun (Cobartec) milite en faveur de ce projet. Mais depuis hier, le possible tracé de ce projet d’envergure ne cesse d’être partagé sur les réseaux sociaux. Dans un document on ne peut plus persuasif, divers facteurs viennent donner du crédit au fameux Tram-Train du Bassin d’Arcachon. 

 

D’emblée, le Cobartec dénonce une « insuffisance de transports en commun qui entraine toute l’année un engorgement automobile sur de nombreux axes, la paralysie durant l’été ainsi que la saturation des parkings certaines gares. » Si ces problématiques ne sont pas inhérentes au Val de l’Eyre, un second argument concerne grandement la population du territoire : « Le projet de Tram-Train est particulièrement adapté à tous les trajets pendulaires domicile/travail/étude (…) et satisfait tous les autres motifs de déplacements. » 


Relier Lège et Arcachon par la gare de Facture 


« Le projet de Tram-Train serait un véritable trait d’union pour les 160 000 habitants à l’année du Bassin d’Arcachon et du Val de l’Eyre » souligne le communiqué. Ainsi, c’est par la gare de Facture que seraient relié Belin-Béliet et Salles en marge du tracé de la piste cyclable. Dans les grandes lignes, on note qu’une rame de Tram-Train pourrait transporter 250 personnes et que le projet serait une indéniable avancée en faveur de la préservation de l’environnement auquel devront rapidement se confronter les communes du Bassin et Val de l’Eyre. 

Pour prouver le sérieux du projet, le collectif a pensé à tout. Ainsi, sur le Nord Bassin et le Val de l’Eyre, il est proposé de réutiliser les anciennes plates-formes pour créer une voie unique de tramway. L’engin circulerait à une vitesse maximale de 70 km/h régulée en fonction de la configuration. À Facture, la vitesse des Trams-Trains serait de 100 km/h. Une ambition loin d’être utopique donc, mais aux contours flous concernant les financements prévus pour une telle acquisition dans le Val de l’Eyre. Le communiqué avance certaines sommes concernant le Nord Bassin et Arcachon, mais aucune en revanche pour Salles et Belin-Béliet. Affaire à suivre… 

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    Tonio Bilos (jeudi, 08 août 2019 13:31)

    Totalement utopique. Le doublement de la voie fond de bassin est déjà bien avancé. La concertation se finie et les financements iront à elle. Ce n'est pas une association qui arrivera à changer les choses (à la vue des coûts énormes des infrastructures). Un service de bus hybrides fera amplement l'affaire. Patrick

  • #2

    Martine Dupuis (samedi, 10 août 2019 14:15)

    Je pense inéluctable, l'arrivée de transports supplémentaires vu le nombre croissants d'habitants sur Belin et ses environs ! Cela construit de partout ! Je suis pour car cela sera un gain de temps, des possibilités de trouver du travail plus facilement, et un transport non polluant est un sacré avantage ! Bien sûr, comme dans tout projet, il existe un pour et un contre ! Et là; pas facile d'éviter tous les inconvénients ! Alors que faire pour satisfaire tout le monde ? Le bus hybride ? Pourquoi pas !!

  • #3

    DELPECH (mardi, 13 août 2019 19:40)

    Il n'y a pas de précurseurs , mais que des attardés dit le proverbe ! tel est le cas des décideurs et élus du nord bassin rejetant sous la pression des lobbies pro-auto,qui rejettent toute idée de tram train à l'instar de ce qui se fait en Allemagne ,Angleterre , Scandinavie et une grande partie du monde ou le rail reprend le dessus à la route eu égard à la situation alarmante de la planète . lesquels rêvent de nouvelles rocades routières détruisant la foret ,qui ne se feront jamais ,étant donné les désastres climatiques annoncés et pénaliseront par l'absence de transport en commun cohérant pour des décénnies les populations du dit nord -bassin d'Arcachon en pleine expansion démographique.