· 

Bienvenue à la Ferme des Bleuets

Par Aurélie Decreus


Dimanche dernier, la Ferme des Bleuets située dans le quartier de Lauray fêtait ses 25 ans d’existence. Pour l’occasion, Annie Montrichard a ouvert les portes de sa ferme pour une visite guidée de l’exploitation. 

Il est environ 10h lorsque les premiers visiteurs se garent à l’entrée de la ferme. C’est dans un cadre quelque peu sauvage qu’Annie Montrichard, maitresse des lieux, les accueille, aidée pour l’occasion par son fils Thomas. D’habitude, ce petit bout de femme s’occupe seule de sa propriété de 1,4 hectares. Pour sa sécurité, Annie possède d’ailleurs un chien de « garde » Leika qui à la vue des enfants court… pour se rouler à leurs pieds en quête de caresses. Les présentations sont faites.

 

L’interdiction de glyphosate n’a pas changé le quotidien

 

Et pour cause, dans cette ferme du bout du monde (de Belin-Beliet), il n’y a jamais eu de pesticides ou autres produits chimiques. La production est issue d’une agriculture biologique et le défrichage se fait à la main. Lorsqu’on la questionne sur l’abondance des activités auxquelles l’exploitation oblige, entre autres, nettoyage des herbes, entretien des fruitiers, récolte, fabrication de produits artisanaux, Annie répond modestement qu’elle n’a pas l’impression d’être dépassée par l’ampleur de la tâche. On sent bien que c’est la passion qui l’anime. Une passion que l’on ressent jusque dans le jeu de question-réponse auquel elle se prête volontiers avec les apprentis arboriculteurs : « De quel sol le mirabellier a-t-il besoin pour pousser ? Comment lutter contre les pucerons des cerisiers ? »

Un expérience sensoriel

 

Au fil de la matinée, chacun est invité tantôt à sentir une plante aromatique, tantôt à comparer deux variétés de groseilles ou encore à goûter les fraises des bois qui jouent à cache-cache dans les parterres de fleurs. Pour le reste, il est encore un peu tôt pour les récoltes, les fruits sont encore verts mais déjà présents en quantité, annonciateurs d’une récolte généreuse. Myrtilles, cerises, mirabelles ou encore Kiwaï viendront bientôt ajouter leur couleur au jardin de bleuets.

Écrire commentaire

Commentaires: 0