· 

Troc aux plantes de RepEyre : retour sur un agréable rendez-vous printanier

Par Aurélie Decreus

Le temps d’un week-end campagnard, les acteurs de la Recyclerie se sont transformés en jardiniers pour accueillir les habitants du Val de l’Eyre.

Crédit photo: Rep'Eyre
Crédit photo: Rep'Eyre

C’est sous un soleil radieux que s’est déroulée, samedi dernier, la nouvelle édition du troc aux plantes de la Recyclerie du Val de l’Eyre. Le ton de la journée est donné avec un apéro placé sous le signe de la convivialité et du partage. Saucisson, fromages, pain, vin et du bio évidemment ! Yves, bénévole de Rep’Eyre, vêtu de son chapeau de paille et de sa salopette bleue, a pris la suite en accueillant dès le début d’après-midi les visiteurs avec une odeur gourmande : devant lui, campé sur ses quatre pieds, un gaufrier en fonte comme on n’en fait plus, fabriqué par les établissements Cazenave, a manifestement ravi les papilles des petits et grands. Après tout, quoi de meilleur qu’une gaufre chaude au sucre ou à la chantilly ? Des gaufres en forme de fleurs, en parfait harmonie avec le thème du week-end : la sensibilisation à l’environnement des abeilles. 

Rep'Eyre veut des coquelicots

Pour l’occasion, l’association RepEyre a convié le collectif « Nous voulons des coquelicots », militant pour l’interdiction des pesticides, qui a proposé, dans la matinée, la fabrication de bombes à graines. 2/3 d’argile, 1/3 de terre, un peu d’eau, des graines de fleurs et le tour est joué. En défenseur de la nature, ainsi équipé, il ne reste plus qu’à partir à l’assaut des chemins et autres bordures de route pour ensevelir ses petites boules et apporter aux abeilles de quoi jouer leur rôle pollinisateur.

 

Dans le courant de l’après-midi, deux autres associations, sont entrées en scène. « Les abeilles de l’Eyre » de Mios a sensibilisé le public au rôle fondamental des abeilles dans notre écosystème et a donné des pistes, comme planter des fleurs mellifères, pour aider ces insectes indispensables à accomplir leur travail de pollinisation. Pour clôturer cette journée, l’AMAP (Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne) « les Jardins de Sillac » a présenté les différents types de purins et leur pouvoir phytosanitaire : fongicide, insecticide ou engrais. Le purin étant une alternative aux pesticides, respectant la planète et totalement naturel. 

 

 

Avant d’entrer dans la caverne d’Ali Baba que constitue la Recyclerie, il était possible de parcourir le sentier botanique imaginé et réalisé par RepEyre pour découvrir par la suite le troc aux plantes. Un système d’échanges qui a eu beaucoup de succès.  Fort d’une équipe motivée de dix coprésidents, de salariés et de nombreux bénévoles, tous porteurs de valeurs sociales et écologiques, RepEyre a su pérenniser son activité. Depuis son ouverture en juillet 2013, huit emplois ont été créés. Aujourd’hui, la Recyclerie enregistre près de 2000 adhérents, confortant ainsi ses membres fondateurs dans l’idée que ce projet était et reste une réponse adaptée au territoire et à la population du Val de l’Eyre.


Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Frédéric GILBERT (jeudi, 18 avril 2019 19:41)

    Je dis Bravo aux bénévoles des premiers jours et à ceux qui ont pris le relais avec les mêmes valeurs. Un pari réussi et une synergie bénéfique où 1+1=3 !! Merci au Bell trois pour ce beau relais d'info.