· 

REPORTAGE/ HCBB, un dimanche pour l'Histoire

À Pechbonnieu, les verts ont brillé sur le terrain comme en tribune. Comme annoncé, 200 supporters avaient fait le déplacement. Porté par son peuple, le HCBB est sortie victorieux à deux reprises ce dimanche pour obtenir une qualification historique en quart de finale de Coupe de France. Retour sur une journée extraordinaire. 

En fin de match, les verts se réunissent pour le traditionnel cri de guerre./Crédit photo: Célia Dubois
En fin de match, les verts se réunissent pour le traditionnel cri de guerre./Crédit photo: Célia Dubois

Dans le sport, on appelle cela une équipe. Dimanche, à Pechbonnieu, joueurs et supporters formaient une armée. Le rendez-vous était attendu. Deux bus avaient été loués pour le déplacement. Cela aurait pu être suffisant. Mais non. Le cortège belinétois étaient bel et bien décidé à envahir le gymnase Colette Besson pour pousser les troupes vers une double victoire historique. Dès le samedi matin, certains supporters avaient déjà pris leur disposition. Entre amis ou en famille, des belinétois ont profité du long déplacement pour s’offrir un week-end dans la région toulousaine. Et si « la ville rose » est vaste, un bon nombre d’entre eux se sont croisés dans la soirée du samedi avant de se retrouver le lendemain, dans la ville de Pechbonnieu. Charmante bourgade au Nord de Toulouse, la ville occitane accueillait les finalités de secteur de la Coupe de France sur toute la journée. 

Les verts ont disputé leur deux matchs au sein du gymnase Colette Besson Crédit photo: Communauté des communes Coteaux-Bellevue
Les verts ont disputé leur deux matchs au sein du gymnase Colette Besson Crédit photo: Communauté des communes Coteaux-Bellevue

Il est aux alentours de 12h30 lorsque joueurs et supporters arrivent dans la localité. Sur le parking de l’enceinte sportive, les supporters déjeunent dans une ambiance bon enfant tandis que les plus vaillants rejoignent la salle 1h30 avant le début de la rencontre. Les places assises sont précieuses. À une demi-heure du coup d’envoi, la marée verte déferle dans le gymnase. Tambour, chant à la gloire du club, les girondins sont chez eux. 200 belinétois sont dans la salle à l’allure d’une étuve. La mobilisation dépasse tout sens commun. Du jamais vu. Micro en main, le « speaker » d’un jour met l’ambiance. La rencontre entre le HCBB et l’US Lalinde peut débuter. 

HCBB – US Lalinde : Un match disputé

Mateo Laqui termine meilleur buteur de la rencontre avec 9 réalisations./Crédit photo: Célia Dubois
Mateo Laqui termine meilleur buteur de la rencontre avec 9 réalisations./Crédit photo: Célia Dubois

Comme à son habitude, l’équipe est transcendante dès l’entame de la partie. En cinq minutes, les verts inscrivent cinq buts par le biais de combinaisons rondement menées. En défense, l’effectif doit composer avec l’absence du précieux portier Fabien Peyruc. Matthieu Garrigue et Valentin Brindeau ont la lourde mission d’assurer l’intérim, et ils le font avec brio. L’adversaire est tenace. Au bout de 10 minutes et malgré un retard au score, les lindois reviennent à seulement un point des belinétois. C’est le moment choisi par Mateo Laqui pour réaliser un festival de but. En 15 minutes, il trouve le chemin des filets à six reprises, épaulé par les réalisations personnelles de Théo Lucas, Frédéric Lurdos et Adrien Techoueyres.

 

À la mi-temps, l’avance est importante : 14-19 pour les verts. Le retour des vestiaires est compliqué. Revanchard, Lalinde n’abdique pas et revient à deux points après avoir surclassé l’équipe girondine par 6 fois en 10 minutes. Le temps mort demandé par l’entraineur Denis Audebert est bénéfique, les pendules sont remises à l’heure. Remy Tran Van Chuoi sonne la révolte et permet à son équipe de prendre ses aises. La fougue de Théo Lucas permet aussi d’accroître le nombre de but pour maitriser une fin de match plus calme. Le score final est de 25-35. Les belinétois viennent d’obtenir leur billet pour les 8èmes de finale de coupe de France. 

L’obligation de garder les pieds sur terres

L’exploit est festoyé dès la fin du match. Pourtant, la joie reste mesurée. Les verts ont une heure et demi de pause avant les 8èmes de finale. Les hommes de Denis Audebert le savent. Ils doivent rester à tout prix dans leur bulle et ne pas se laisser distraire par l’euphorie. À l’extérieur du gymnase, les supporters belinétois sont aux anges. La buvette de Pechbonnieu se réjouit. Dans une heure, les verts affronteront Bruges 64, équipe sortie victorieuse de son match contre Beauzelle Handball sur le score de 26-23. Sur l’esplanade, les verts sont confiants. Ils n’ont pas d’autre choix que de le faire. Pour ce match, l'entraineur décide de laisser Julien Valverde sur la touche au bénéfice de Jérémy Montagut. Malgré une frayeur lors de la précédente rencontre, Mateo Laqui fait partie du groupe. 

HCBB – Bruges Sports 64 : Pour l’histoire

Il est 17 heures lorsque les joueurs pénètrent dans le chaudron de Pechbonnieu. Les supporters regagnent leur place, prêt à s’enflammer durant 50 minutes. Les jambes sont lourdes, l’adversaire a pu bénéficier d’une heure de repos en plus. Le premier quart d’heure tourne à l’avantage des belinétois. D’emblée, Théo Lucas ouvre la marque, suivi de Matteo Laqui. Rapidement, le trio Lucas – Laqui – Tran Van Chuoi fait mouche. La première mi-temps est maîtrisée. Les verts rentrent aux vestiaires sur un score favorable de 14 à 09. À 25 minutes d’une qualification historique, les verts reviennent sur le terrain face à un adversaire qui va durcir son jeu. 

En tribune, les supporters belinétois donnent de la voix. /Crédit photo: Célia Dubois
En tribune, les supporters belinétois donnent de la voix. /Crédit photo: Célia Dubois

On joue la 33ème minute lorsque Alexandre Dupouy est esseulé et file défier le portier adverse. Déséquilibré, il chute et se blesse. La sanction de l’arbitre est immédiate. Le numéro 12 écope d’un carton rouge tandis que « Peter » est contraint de quitter les siens. En baisse de régime, les belinétois concèdent de l’avance jusqu’à être rejoint à seulement 19-22 par une équipe adverse hargneuse. En guise d’ultime effort, les hommes de Denis Audebert reprennent la fin du match en main pour sceller définitivement l’issue du match.

 

Mateo Laqui inscrit trois buts en moins de 10 minutes et nous entraine au bout de la nuit. L’arbitre met un terme à la rencontre. Les verts s’imposent 26-20 et laissent éclater une joie intense. Dans l’euphorie, Vincent Duprat écope d’une disqualification avec rapport pour avoir tiré accidentellement dans un ballon. Le joueur ne pourra donc pas disputer les quarts de finale. Par cet acte, l’arbitre inscrit une énième fausse note dans une piètre partition, bien en dessous du niveau des deux équipes. 

Scène de joie contagieuse en fin de match, les verts l'ont fait ! /Crédit photo: Célia Dubois
Scène de joie contagieuse en fin de match, les verts l'ont fait ! /Crédit photo: Célia Dubois

Un clapping avec les supporters vient conclure comme il se doit cette journée fantastique à Pechbonnieu. Quelques bières sont échangées en fin de match. Supporters et joueurs profitent de l’instant présent, historique pour le petit club girondin. Vers 19h, les bus redémarrent. Le trajet s’avère fantastique. Fêtard, le convoi s’arrêtera sur une aire de repos pour chanter à tue-tête avant de rejoindre la vallée de l’Eyre et s’endormir sous la plus belle des étoiles : celle de la coupe de France. 

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    Tran Van Chuoi Christine (jeudi, 28 février 2019 23:08)

    Bravo au journaliste du Belinetois !!! Très bel article qui retrace bien la journée !!!
    À bientôt pour les 1/4 de finale !!!

  • #2

    Francis Raynal (jeudi, 28 février 2019 23:46)

    Je pensais les avoir ratés ces deux matches mais grâce à Corentin ,c'est vraiment comme si j'avais assisté à ce sublime exploit sportif...Bravo aussi au groupe de joueurs, au staff, à l'équipe dirigeante et bien sûr aux très nombreux supporters !

  • #3

    Luis Gomes (dimanche, 03 mars 2019 14:16)

    Un trés bel article. Ça fait voyager à travers le temps. Des frissons assurés. Super matchs et ambiance. A repeter jusqu'à la final.